Actions

Energie/France: La taxe sur les surprofits pourrait coûter milliards d’euros à EDF, rapporte Les Echos


Photo d’archives du logo d’Électricité de France (EDF) sur le site de la centrale nucléaire du Tricastin à Saint-Paul-Trois-Chateaux, France, prise le 21 novembre 2022/REUTERS/Eric Gaillard

 

EDF
0,04%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

(Reuters) – Le projet de taxe du gouvernement français sur les bénéfices jugés excessifs dans l’électricité pourrait représenter pour EDF (EPA:EDF) un manque à gagner de l’ordre de 5 milliards d’euros en 2023, a rapporté jeudi le quotidien Les Echos.

Cette taxe, introduite via un amendement gouvernemental au projet de loi de finances (PLF) pour 2023, actuellement en discussions au sénat, vise à plafonner les prix de vente de l’énergie nucléaire et renouvelable à 100 euros le mégawatt-heure (MWh).

EDF serait “de loin” le premier contributeur de cette taxe qui devrait rapporter 11 milliards d’euros au budget de l’Etat l’année prochaine, selon Les Echos.

EDF s’est refusé à commenter ces informations.

Le gouvernement avait annoncé en octobre sa volonté de plafonner le prix de l’électricité encaissé par les producteurs, mais à 180 euros le MWh, dans le cadre d’une politique plus large de l’Union européenne.

Cette décision devrait peser d’avantage sur les finances d’EDF, en passe d’être nationalisé, qui a émit plusieurs avertissements sur ses bénéfices cette année en raison de problèmes liés à ses réacteurs nucléaires.

L’énergéticien a abaissé début novembre son estimation de production nucléaire en France pour 2022, en raison de l’impact des grèves sur la maintenance de ses réacteurs et l’allongement de la durée d’arrêt de 4 réacteurs nucléaires.

Par ailleurs, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré conforme mardi le projet d’offre publique d’achat simplifiée sur EDF lancé par le gouvernement français, pour un coût estimé à un peu plus de 9,6 milliards d’euros.

(Tassilo Hummel, rédigé par Kate Entringer)

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button