Economie

Illustration hebdo : Obligations Vs Actions en 2023


© Investing.com

 

BNPP
+0,93%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

MS
+0,29%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

Investing.com — Il semble que le verdict soit tombé : 2023 sera l’année où les obligations donneront aux actions le coup de pied qu’elles ont demandé ces 12 dernières années.

Un large consensus à Wall Street et en Europe soutient la surperformance des titres à revenu fixe l’année prochaine, après ce que certains appellent “une réinitialisation historique” de l’inflation, de la croissance et des taux d’intérêt mondiaux, qui a préparé le monde développé à une récession et à une année de restrictions budgétaires.

Les sanglots de soulagement des gestionnaires de patrimoine – en particulier en Europe, où les taux d’intérêt nuls ont fait des obligations un pari minable au cours de la dernière décennie – sont particulièrement intenses, comme il se doit : le plus souvent, l’investissement dans les obligations exige plus de discrétion de la part du gestionnaire que le simple investissement dans des fonds indiciels qui a permis aux investisseurs en actions de gagner si facilement de l’argent jusqu’à la débâcle de cette année. Et une gestion plus active signifie des frais plus élevés, ce qui permet au secteur de revenir à un modèle commercial plus simple et, à vrai dire, plus honnête, après cinq années de promotion d’un écoblanchiment systématique déguisé en fonds à thème ESG.

Mais assez de cynisme. Le consensus est-il juste ? Il y a certainement de bonnes raisons de le penser.

Après avoir offert à peine plus que des centimes au cours de la dernière décennie, les obligations génèrent désormais des rendements significatifs : les indices de référence sans risque aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro rapportent respectivement 4,47 %, 3,20 % et 2,01 % à l’heure où nous écrivons ces lignes. Les rendements de la dette sous-souveraine, hypothécaire et de la dette d’entreprise de haute qualité sont nettement plus élevés et, même s’ils sont encore inférieurs aux taux d’inflation actuels, la probabilité d’une baisse de l’inflation au cours des deux prochaines années signifie que la détention d’obligations n’est plus la certitude certaine d’une destruction lente de la richesse qu’elle était à l’époque de l’assouplissement quantitatif.

La récession s’installe déjà en Europe et devrait arriver aux États-Unis vers le milieu de l’année prochaine, tandis que les récents développements ont montré à quel point il sera difficile pour la Chine d’échapper à son piège de la croissance zéro, rendant probable une nouvelle année de croissance inférieure à la normale dans la deuxième économie mondiale.

Les analystes de Morgan Stanley (NYSE:MS) pensent que les actions peuvent encore baisser, car la récession à venir fait baisser les bénéfices. Lisa Shalett, responsable des investissements chez Morgan Stanley Wealth Management, a soutenu dans un blog cette semaine que les bénéfices des entreprises du S&P500  ne seront que de 195 dollars par action l’année prochaine, au lieu des 230 dollars actuellement attendus.

“La capacité extraordinaire des entreprises à augmenter leurs ventes et leur rentabilité ces dernières années n’est pas durable et pourrait bientôt s’inverser”, dans un environnement de taux plus élevés, a-t-elle affirmé.

L’accent mis par le public sur l’état actuel de l’économie plutôt que sur les perspectives signifie que les actions réagissent généralement de manière moins immédiate et moins prévisible que les obligations lorsque les banques centrales passent du resserrement à l’assouplissement de leur politique.

Mais le premier signe d’assouplissement de la politique est généralement suffisant pour persuader les prêteurs de maintenir ouvertes les lignes de crédit aux grandes entreprises, d’où la recommandation de Daniel Morris, chef de la stratégie de marché de BNP Paribas (EPA:BNPP), selon laquelle le crédit aux entreprises de qualité est le meilleur endroit pour les prochains mois.

“Les faibles valorisations (c’est-à-dire les écarts élevés) ne reflètent pas exactement ce que nous pensons être des fondamentaux favorables”, a-t-il affirmé dans une note adressée aux clients cette semaine. En revanche, a-t-il ajouté, “nous ne sommes pas encore prêts à investir plus largement dans des actifs plus risqués tels que les actions… nous craignons toujours une baisse plus importante de la croissance et des bénéfices”, sans oublier le risque toujours présent que la géopolitique puisse facilement prendre un mauvais tournant l’année prochaine.

L’année 2022 a été misérable, c’est certain. Le portefeuille type 60/40 d’actions et d’obligations a généré un rendement négatif de 20 % jusqu’en octobre, contre une moyenne de 9 % à 10 % au cours des 50 dernières années, selon M. Morris de la BNP. Même en 2008, un tel portefeuille n’a perdu que 14 %.

Mais la plupart des professionnels mettent encore en garde contre les paris sur un rebond trop rapide.

“Détenir l’un ou l’autre des actifs sera plus rémunérateur l’année prochaine que cette année”, a déclaré Tom Stevenson, directeur des investissements chez Fidelity Personal Investing, dans un blog cette semaine. “Mais la rotation régulière d’une surpondération des obligations d’État en début d’année vers une préférence pour les actions en fin d’année pourrait rendre une bonne année encore meilleure.”

Par Geoffrey Smith

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button