Actions

La récession sera pire que celle de 2000 ou 2008, selon le milliardaire Doug Leone



Investing.com – Le milliardaire américain Doug Leone ne pense pas que le naufrage technologique soit près de s’arrêter. L’associé de Sequoia Capital a dressé un tableau sombre de l’économie mondiale, avertissant que le ralentissement actuel était pire que les récessions de 2000 et 2008.

“Je pense que la situation actuelle est plus difficile que celle de 2008, qui était une crise protégée des services financiers, ou que celle de 2000, qui était une crise technologique protégée. Ici, nous avons une crise mondiale. Nous avons des taux d’intérêt qui augmentent dans le monde entier, les consommateurs du monde entier commencent à manquer d’argent, nous avons une crise énergétique, et puis nous avons toutes les questions de défis géopolitiques.”

Cela a eu un effet d’entraînement sur les sociétés privées, des entreprises comme Stripe et Klarna ayant vu leur valorisation chuter. En conséquence, les fondateurs de startups avertissent leurs pairs qu’il est temps de réduire les coûts et de se concentrer sur les fondamentaux.

“Pensez à ce qui s’est passé au cours des deux ou trois dernières années : tout ce que vous avez fait a été récompensé par un investisseur en raison de la pléthore de capitaux. Vous étiez récompensé quoi qu’il arrive. Tout ça, c’est fini. Ce que vous allez apprendre maintenant est la meilleure leçon que vous n’aurez jamais à apprendre, même dans notre métier”.

M. Leone a déclaré qu’il ne s’attend pas à ce que les valorisations des entreprises technologiques se redressent avant au moins 2024.

“Ma prévision est que nous n’allons pas nous en sortir très rapidement. Si vous vous retournez dans les années 70, il y a eu un malaise de 16 ans. Même si vous revenez en 2000, un certain nombre d’entreprises publiques ne se sont pas remises pendant 10 ans. Je pense que nous devons être prêts pour une période prolongée où nous allons trouver … des consommateurs à court d’argent, une diminution de la demande, des coupes dans les budgets des entreprises technologiques.”

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button