Actualité des matières premières et futures

Le pétrole en hausse ; semaine négative probable en raison des problèmes de COVID en Chine



 

LCO
-0,47%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

CL
-0,21%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

Par Peter Nurse   

Investing.com — Les prix du pétrole ont augmenté vendredi, mais sont en passe d’enregistrer une troisième perte hebdomadaire consécutive en raison des inquiétudes concernant la croissance de la demande chinoise, tandis que l’incertitude plane sur le plafonnement des prix des exportations de brut russe.

Vers 14h15, les contrats à terme sur le brut américain s’échangeaient en hausse de 0,9 % à 78,61 $ le baril, tandis que le contrat sur le Brent augmentait de 0,3 % à 85,62 $.

Les deux contrats devraient chuter de plus de 1% cette semaine, la troisième semaine négative d’affilée, après avoir affiché des plus bas de 10 mois plus tôt dans la semaine. Il n’y a pas eu de règlement pour le WTI jeudi en raison du congé de Thanksgiving aux États-Unis.

Le marché du brut a dû faire face à des problèmes de croissance de la demande, les banques centrales de la majorité des pays industrialisés ayant augmenté les taux d’intérêt pour lutter contre une inflation record, ce qui a freiné l’activité économique.

Dans le même temps, la Chine, premier importateur mondial de brut, est aux prises avec une nouvelle épidémie de cas de COVID-19, ce qui a incité les autorités sanitaires du pays à renforcer les restrictions en matière de mobilité, ce qui a de nouveau freiné l’activité.

Le nombre d’infections quotidiennes au COVID-19 en Chine a dépassé les 30 000 cette semaine pour la première fois, ce qui a déclenché un certain nombre de restrictions dans les villes les plus importantes du pays, y compris dans la capitale, Pékin, où les infections quotidiennes ont atteint un nouveau record.

L’information selon laquelle le Groupe des sept principales nations industrialisées envisageait de plafonner le pétrole russe à 65-70 dollars le baril a également retenu l’attention.

Les nations européennes doivent encore approuver le plafonnement des prix à ce niveau, en raison de désaccords entre un certain nombre d’États, mais un tel plafonnement signifierait probablement que la Russie continuerait à vendre son pétrole, étant donné qu’il est largement conforme à ce que les acheteurs asiatiques paient déjà. 

Les ministres de l’énergie de l’Union européenne ne sont pas non plus parvenus à un accord sur une proposition de plafonnement du prix du gaz.

“L’incapacité à trouver un accord sur le plafonnement des prix a également entraîné un retard dans l’approbation de mesures telles que les achats conjoints de gaz et l’autorisation plus rapide des énergies renouvelables”, ont déclaré les analystes d’UBS dans une note.

Les volumes d’échanges devraient être limités vendredi, au lendemain du jour férié de Thanksgiving, et les opérateurs devraient rester prudents avant la prochaine réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés, connue sous le nom d’OPEP+, le 4 décembre, l’accord sur le plafonnement des prix devant entrer en vigueur le lendemain.

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button