Actualité des matières premières et futures

Le pétrole hésite, les craintes sur la demande annulent l’impact des signaux saoudiens



 

LCO
+0,30%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

CL
+0,20%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

GS
+0,27%

Ajouter au/Supprimer du portefeuille

Ajouter à la Watchlist

Ajouter position

Position ajoutée avec succès à :

Veuillez attribuer un nom à votre portefeuille de titres

Type:

Achat
Vente

Date:

 

Quantité:

Cours

Valeur du point:


Levier:

1:1
1:10
1:25
1:50
1:100
1:200
1:400
1:500
1:1000

Commission:


 

Créer une nouvelle Watchlist
Créer

Créer nouveau portefeuille de titres
Ajouter
Créer

+ Ajouter une autre position
Fermer

Par Ambar Warrick

Investing.com– Les prix du pétrole ont augmenté mardi suite aux engagements de l’Arabie saoudite et de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en faveur d’un resserrement de l’offre, bien que les inquiétudes liées au ralentissement de la demande en Chine et à une éventuelle récession aux États-Unis aient maintenu les gains à un niveau modéré.

Les marchés du brut ont inversé les fortes pertes enregistrées lors d’une séance volatile lundi après que l’Arabie saoudite, le chef de file de l’OPEP, a déclaré que les rapports suggérant que le cartel prévoyait d’augmenter l’offre en décembre étaient faux.

Au lieu de cela, l’OPEP s’engagera à réduire son offre de 2 millions de barils par jour jusqu’à la fin de 2023, et se tient également prête à soutenir les prix en procédant à de nouvelles réductions, selon le ministre saoudien de l’énergie Abdulaziz bin Salman.

Bien que ses commentaires aient aidé les prix du brut à se redresser fortement après un creux de 10 mois, ils sont restés bien en deçà des sommets atteints plus tôt ce mois-ci, dans un contexte d’inquiétudes croissantes quant à la possibilité que des confinements liés au COVID en Chine et qu’u une éventuelle récession aux États-Unis réduisent la demande.

Le Brent a augmenté de 0,5% à 87,89 dollars le baril, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) a augmenté de 0,4% à 80,33 dollars le baril à 22:45 ET (03:45 GMT). Les deux contrats ont augmenté de 0,2 % lundi, après une séance volatile qui a vu le brut tomber à son plus bas niveau de janvier.

Les prix du brut ont fortement chuté la semaine dernière, la hausse des infections COVID-19 en Chine ayant suscité des inquiétudes quant au ralentissement de la demande dans le plus grand importateur mondial de pétrole. Le pays a instauré des mesures de confinement dans plusieurs grandes villes, dont Pékin et Shanghai, alors qu’il est aux prises avec un taux record de nouvelles infections quotidiennes.

Les importations de pétrole de la Chine ont considérablement ralenti cette année et, malgré une hausse surprise en octobre, elles devraient rester faibles au cours des prochains mois. Le pays a également augmenté ses quotas d’exportation, ce qui indique probablement un surplus dans les stocks locaux.

La banque d’investissement Goldman Sachs (NYSE:GS) a revu à la baisse ses prévisions de prix du pétrole pour l’année, citant le ralentissement en Chine.

Les craintes d’une récession aux États-Unis ont également pesé sur les prix du brut, d’autant que plusieurs membres de la Réserve fédérale ont laissé entendre que les taux d’intérêt américains allaient continuer d’augmenter à court terme.

Les marchés craignent qu’un mélange d’inflation obstiné et de taux d’intérêt élevés puisse entraver la croissance de la plus grande économie du monde. L’OPEP a récemment réduit ses prévisions de demande de pétrole pour 2022 et 2023 en invoquant des préoccupations similaires.

La vigueur du billet vert, avec le relèvement des taux par la Fed, devrait également peser sur les taux du pétrole brut, dont le prix est fixé en dollars.

D’un autre côté, le resserrement de l’offre en Europe, en particulier lorsque l’Ouest serre la vis aux exportations de pétrole russe, pourrait profiter au pétrole brut vers la fin de l’année.

La réduction de l’offre récemment annoncée par l’OPEP est également entrée en vigueur ce mois-ci, plusieurs membres ayant commencé à réduire leurs exportations.

 

Source

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button